Carla Guerreiro nous raconte le Portugal

Carla Guerreiro nous raconte le Portugal

Il était une fois un pays situé dans la partie la plus occidentale de l’Europe.  Un pays à la fois imprégné des embruns de l’Océan Atlantique et de l’odeur de la terre. Un pays où vit un peuple métissé, héritier de la culture celtique, grecque, romaine, juive et arabo-musulmane, et qui a aussi intégré les cultures d’Outre-Mer. Ce pays est le mien, le Portugal.

Comment raconter l’histoire de mon pays ? C’est une histoire longue, mouvementée, faite d’ombres et de lumières.

La Lusitanie a toujours été un carrefour de différents peuples et de différentes civilisations venues de l’Afrique du Nord, de la Grèce, de l’Italie, de l’Europe du Nord et de l’Europe Centrale, qui ont façonné son peuple, sa langue et ses traditions. D’abord, les Celtes, les Ibères et les Grecs de Phocée, puis les Romains, plus tard les Suèves et les Wisigoths, ensuite les Arabes et les Berbères et, enfin, les Croisades de l’Occident, qui ont permis la fondation du Portugal comme nation.

Ensuite, l’affirmation et consolidation du pays, l’établissement du portugais comme langue nationale, la création de partenariats économiques et politiques avec d’autres pays, notamment l’Angleterre au début du 14e siècle… puis la Peste et une crise politique qui mit en danger l’indépendance du Portugal.

Au 15e siècle, ce fut le début de l’expansion maritime portugaise. Une période lumineuse (la découverte de nouvelles contrées, de différents peuples, de nouvelles saveurs, le développement des sciences et des techniques) et très sombre (l’esclavage et la traite négrière, les mauvais choix économiques et la quête de l’ « argent facile », l’Inquisition). S’en suivit alors une période douloureuse et difficile, où le Portugal perdit son indépendance en 1580, à cause d’un jeune roi naïf et fanatisé par le clergé, qui décéda dans une bataille au Maroc pour lutter contre les Infidèles. Puis, il y eut la Restauration de l’Indépendance, les tentatives de redressement politique et économique, suivies par l’Époque des Lumières, les débuts timides de l’industrialisation, les invasions napoléoniennes et, enfin, le libéralisme politique et économique au début du 19e siècle.

Le 20e siècle fut aussi mouvementé : d’abord, la Première République en 1910, son instabilité et ses problèmes politiques, la Grande Guerre de 14-18, puis un coup d’État en 1928 qui mit en place une dictature militaire et, ensuite, la dictature de Salazar jusqu’en 1974, l’année de la liberté grâce à la révolution du 25 avril. S’en suivirent la décolonisation, le long chemin de la démocratisation et l’adhésion à l’Union Européenne dans les années 80, avec son cortège d’illusions et de déceptions.

Et le 21e siècle au Portugal ? C’est une époque de crise économique, sociale, culturelle et démographique, avec un flux d’émigration comparable à celui des années 60. Quel sera l’avenir du Portugal ? Seul le temps le dira. Il ne reste que l’espoir d’un avenir plus juste et plus sain.

Carla Guerreiro, traductrice et formatrice en portugais.

Partagez cet article

Découvrez aussi ...

Qu'en pensez-vous ?