Joyeuse fin d’année 2017 et en route vers 2018

Joyeuse fin d’année 2017 et en route vers 2018

Chaque année donne l’espoir d’une nouvelle aventure, d’une nouvelle vie, de nouveaux projets. On se dit cette année est “déjà” finie, ou “enfin finie” selon si notre lecture rapide en a fait un bon ou un mauvais cru. Et on se donne des objectifs, des résolutions pour l’année à venir. Tout sera différent, on va faire plus de choses, changer ….

Hier matin, je lisais un magazine que je ne connaissais pas “Open Mind” dans un train alors que défilait un paysage enneigé à l’extérieur et il y avait un article très intéressant sur “le temps” écrit par Gilles Vernet instituteur.

Ancien trader, il observe, s’interroge et analyse “le rapport au temps” de notre société. Il parle de cette phrase si lourde de conséquence “le temps c’est de l’argent”, de la mise en quarantaine de la mort qui pourtant est “seule capable de révéler les vraies couleurs de la vie et déchirer le voile de l’absurdité de notre course” , l’immédiateté technologique qui nous a rendu multitâches et aussi pressés que les machines. On pourrait même dire deshumanisés.  Il explique que nous sommes devenus addicts à “l’adrénaline”.

Comment faire mieux en 2018 ? Outre les bouées de secours que sont la méditation, les pauses, on pourrait essayer de faire plus attention. Attention aux autres, à nous, à notre environnement. Ça serait un bon début peut-être….

Je ne suis pas sûre d’arriver à faire un bond de géant en ce qui concerne l’attention car je suis une créative et pour nous, les créatifs, le danger c’est le manque d’attention, la dispersion, l’envie de nouveauté, toujours et encore. Nous sommes aussi les premiers candidats pour les “burn-out” alors je vais lire le livre de ma copine Nelly Pons “Choisir de ralentir’ et me faire la promesse, non pas de réussir, mais au moins de progresser (un pas après l’autre).

Depuis quelques temps, je me déplace moins, je dois finir un projet d’écriture qui me tient à cœur, je veux le faire sérieusement et c’est ici que ça se passe, en France, dans cette région où le soleil brille si fort et où pourtant je ne me suis jamais vraiment sentie chez moi.

Parfois, j’ai la sensation que mon équilibre est dans le mouvement, comme une vraie nomade et surtout et avant tout, je ne peux vivre sans cette énergie de “ma vie a un sens”, “ce que je fais a un sens pour d’autres, pour la planète”.

Je veux faire mieux, chaque jour un peu plus mais j’ai aussi compris que je ne sauverai pas le monde, que je peux juste cultiver ma bonne énergie, mener concrètement à bien mes projets, partager, être la plus en paix possible pour transmettre cette énergie autour de moi.  Essayer, tenter des choses nouvelles et les répandre si elles sont positives.

Le café découvertes a continué sa petite vie en 2017 et ne connait pas la crise et je remercie chaque personne de son enthousiasme et de sa fidélité vis à vis des producteurs qui sont mes partenaires. Chacun d’eux fait vraiment un travail admirable et mérite d’être rémunéré correctement face à la compétition des grands groupes “sans foi ni loi”.

Je ne vais plus en Afrique et moins en Inde, c’est la première fois depuis 5 ans que je ne voyagerai pas là bas en Janvier. Sao Tomé me manque, la force et la joie de ces femmes avec lesquelles je travaillais. En allant savourer le concert de M avec cette magnifique femme venue du Mali, j’ai ressenti cette énergie de vie africaine dans sa voix.

J’observe en voyageant moins à quel point j’ai aimé être dans cette nature préservée, dans un rythme lent. “La nature dissout l’ego dans l’infini du temps, de l’espace et de la vie”. Quelle belle phrase de Gilles Vernet.

Hier, j’ai lu le dernier article de news de ma copine Cécile du Palais Savant et elle observait comme sa vie avait changé en seulement une année. J’adore prendre un petit temps dans ces jours de Décembre pour regarder en arrière et observer tout ce qui s’est passé en un an. Les obstacles qu’on a dépassés, les belles rencontres qu’on a faites, les moments de bonheur et les moments douloureux.

Et si on relisait cette phrase de Sénèque “On remet la vie à plus tard et pendant ce temps elle s’en va”.

G.Vernet propose de se garder des petits temps “morts” qui seront en fait des “temps vivants” pour ne pas oublier le sens et l’essentiel dans notre vie.
Je me rappelle de Brel qui disait “je vous souhaite des rêves à n’en plus finir”. Je dirais aussi qu’il faut surtout faire en sorte que notre vie réelle devienne un rêve. Je crois que la magie consiste à sublimer le quotidien juste en changeant de regard et à se laisser porter par les offres de la vie.
Je vous souhaite une très belle fin d’année et un très joyeux début 2018,

A très vite !!!

Caroline

Partagez cet article

Découvrez aussi ...

Qu'en pensez-vous ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.