Laissez moi tranquille, c’est les vacances !!!

Laissez moi tranquille, c’est les vacances !!!
L’été je veux débrancher de tous les problèmes, m’amuser et ne penser à rien… Pas vous?

Pendant les vacances, on a tous envie de s’amuser et de faire comme si les problèmes s’effaçaient parce que les maladies, le terrorisme, le chômage, le changement climatique ce sont des réalités bien pénibles alors le déni c’est bien commode. On débranche la tête et on fait comme si de rien n’était.
Et pourtant cet été les pompiers ont travaillé jour et nuit sans relâche pour éteindre les feux dans le sud est. Et il ne nous serait pas venu à l’idée de jeter nos clopes dans le jardin ou de faire du barbecue en se disant, je m’en fous, je débranche. On fait attention, et parfois on sensibilise les gens autour de nous
A croire que dans notre nature humaine, on a besoin d’être au pied du mur pour se bouger.
C’est les vacances mais il y a des sujets sur lesquels mon cerveau ne débranche pas :
  • Le sujet des droits de la femme dans le monde me touche beaucoup parce que quand je vois ce qui se passe en Inde pour certaines de mes connaissances je suis horrifiéel
  • J’ai toujours été blessée par le racisme et l’intolérance car j’avais plein d’amis dont les familles venaient d’ailleurs déjà gamine et je comprends que quand on vit dans un pays répressif on veut partir à tous prix.. Les réfugiés continuent d’affluer, j’ai reçu un message du collectif agir pour dire qu’ils sont en galère pour 20 personnes arrivées dans le briançonnais cet été.
  • J’ai des amis malades ou dont les parents sont malades ou pire les enfants.. Les maladies du cerveau et les cancer continuent à augmenter. Les antidépresseurs font des dégâts considérables sur les cerveaux mais j’ai de plus en plus d’amis qui en prennent. Et malgré le fait que ça rassure leurs familles de trouver une solution, je continue à penser que ces médicaments dangereux aggravent la situation à long terme.
  • La multiplication des stérilités me fait peur parce que oui j’ai envie d’avoir des petits enfants.
  • Les ressources naturelles se tarissent, le sujet de l’eau est super inquiétant. Je ne sais même plus quelle eau boire et je sais que chaque fois que je bois celle du robinet directement je me pourris la santé et je ne peux pas continuer à acheter des bouteilles en plastique en culpabilisant. Alors je regarde toutes les filtrations et même en vacances j’essaye d’utiliser les produits ménagers qui ne pourrissent pas trop l’eau.
  • Concernant la nourriture, je fais des compromis à l’extérieur de chez moi mais pas chez moi. Je vais chez des amis, je vais au restau et je n’ai pas envie de me priver de ces bons moments. En parallèle, les scandales continuent de pleuvoir. Un pêcheur de Saint jean de luz me disait que la mer était complètement polluée et qu’il y a même une énorme plateforme de plastique au large, qu’ils ne pêchent plus que des algues rouges car les poissons ont disparu et que seuls les pêcheurs de gros peuvent aller en Espagne chercher du thon. Ils ont divisé par deux le nombre de petits pêcheurs dans la baie car ils ne peuvent survivre. Il m’a conseillé deux restaus et éviter les autres car les poisson arrivent de je ne sais où…
Bien sûr qu’on peut pas changer le monde seuls nous mais je refuse le truc qui consiste à dire que ce qu’on va faire ne changera rien puisque le problème est bien plus vaste que ça.
Moi je cogite toujours sur ce que je peux faire, j’essaye, j’écoute des gens qui ont eu le courage de tester des trucs, et je me donne des objectifs pour l’année. Je vais faire plein de compromis et de trucs contradictoires comme porter des fringues achetées à des gens sans avoir aucune information précise sur le mode de production, je vais aller manger dans des endroits qui ne racontent rien sur l’histoire des produits, je vais parfois aller en vacances en avion. Mais je vais aussi me dire que je vais acheter mes jeans en France et faire recycler mes vêtements, que je vais essayer d’écrire sur tout ce que je sais sur les coulisses de l’alimentation, je vais m’engager d’une manière ou une autre sur le sujet des violences faites aux femmes, je vais participer à ma mesure aux colibris de ma ville, je vais organiser de plus en plus de conférences pour diffuser des témoignages et en profiter pour apprendre moi aussi, je vais participer à diffuser de la joie et de l’espoir.
Et surtout, je vais manger, visiter, boire, sourire, danser, aimer, vivre, foncer, découvrir, m’arrêter.
Et vous vous allez faire quoi?
Vacances Choubidou !!!
Partagez cet article

Découvrez aussi ...

Qu'en pensez-vous ?