Pollution lumineuse…

Pollution lumineuse…

Lumière
Voici le thème du dernier magazine Kaizen, magazine dont je suis fan depuis pas mal de temps déjà : la lumière
Pour la première fois, j’ai entendu parler de “pollution lumineuse” lorsque j’étais à l’observatoire des étoiles des Baronnies.
Je n’avais aucune conscience que l’éclairage artificiel qui nous permet de vivre en dehors des cycles naturels du soleil déréglaient la vie.

Celle des animaux, des plantes qui sont obligés de s’adapter mais pas seulement. Cette pollution nocturne est source d’excitation, de stress. A chaque fois, c’est la même histoire. Le progrès part d’une bonne intention mais rapidement l’argent, les désirs inavoués de puissance conduisent à la démesure et là, ça se gâte.
A Sao Tomé, dès qu’on s’éloigne de la ville où les bâtiments sont éclairés à coup de groupes électrogènes, on s’aperçoit qu’on ne connait pas les lumières de la nuit. Loin de tout, dans la forêt, petit instant de panique passé, nos yeux s’habituent, on commence à faire la différence entre les étoiles qui scintillent et les planètes dont la lumière est bien calme. On redevient plus proches du cycle naturel de la vie, on se réveille avec le jour et on s’endort plus tôt. On débranche la prise qui nous relie à un monde artificiel pour respirer la vraie nature de la vie.
Partagez cet article

Découvrez aussi ...

Qu'en pensez-vous ?